Edition 2017

3 Juillet : THE AVENER/SYNPSON/YUKSEK

Le « palefrenier du Roi » (traduction anglaise). C’est le nom d’artiste qu’a choisi le niçois, Tristan Casara. A 29 ans, The Avener s’est imposé en quelques années comme un DJ de renom dans les clubs les plus prestigieux et comme un producteur/remixeur de grand talent, notamment avec son titre Fade Out Lines ; un rework (ndlr : retravailler des morceaux originaux) de la chanson de Phoebe Killdeer & The Short Straws qui sera quatre fois single de diamant à l’export. Puis, avec son album, The Wanderings of the Avener, double album de platine en France, et double album de platine à l'export.

Né dans un world wide web encore émergent, il étudie le piano à l’âge de six ans, puis la musique classique et le jazz au conservatoire qu’il intègre à l’âge de onze ans. Dès ses quatorze ans, Tristan Casara compose ses propres chansons en alliant instruments classiques et technologies de son époque. A la fin du siècle passé, il découvre les artistes Amon Tobin et Aphex Twin et décide de mettre ses compétences et sa large culture musicale au service de ces disques qu'il aime faire jouer sur ses platines. Pour le plus grand bonheur des clubbers amateurs de deep house et d'électro dansante. Tristan Casara creuse son sillon dans les boites de nuit de la côte d’azur où ses playlists et ses enchainements provoquent les déhanchements et un début de reconnaissance au réputé High Club de Nice. The Avener est né.

C'est via Internet, puis les médias généralistes que The Avener va désormais imposer son nom. Et quel nom ! En 2014, Fade Out Lines, le titre aux quarante millions de vues sur Youtube réussit le tour de force de se placer numéro un des charts Itunes dans vingt pays et, surtout en Allemagne, ce qu'aucun autre artiste français n'avait fait avant lui !

Riche en émotions, la musique de The Avener est à l'opposé de la musique électronique froide qui n'intéresse plus Tristan. Ronde et sensuelle, c'est comme cela que The Avener voit la deep house telle qu'il l'affectionne depuis l'adolescence chez ses homologues US

To let myself go - The Avener
00:00 / 00:00

Synapse (du grec syn = ensemble et haptein = toucher, saisir ; signifiant connexion), désigne une zone de contact fonctionnelle qui s’établit entre deux neurones. Toucher le public et lui faire « sentir » la musique : c’est depuis sa formation en 2009 le grand projet de Synapson : réunion des producteurs et multi instrumentistes français Alexandre Chiere (claviers, saxophone, beat et voix) et Paul Cucuron (batterie, scratch, production et mix).

A l’origine ? Une amitié née sur les plages de Biarritz à la fin des années 90 et progressivement nourrie par un intérêt commun devenu passion dévorante : la musique, toutes les musiques. « En somme, Synapson est autant le fruit d’une complicité géniale, que l’aboutissement d’un rêve construit à deux depuis l’adolescence », résume Paul.

Années 2000, Paul anime une émission sur Radio Campus Toulouse pour laquelle Alexandre, déjà pianiste jazz aguerri et compositeur instinctif, lui fait parvenir ses premières maquettes. « C’était produit avec les pieds, mais déjà mélodiquement solide. Je les diffusais toutes », s’amuse Paul. Bientôt, la paire se retrouve à Paris. Alexandre produisant à grand train, quand Paul devient ingénieur du son « à la dure », comme il dit.

En 2012, Synapson affirme un goût serein pour le grand écart stylistique. La patte du duo est déjà là, assurée, identifiable entre mille : BPM ralenti, mélodie privilégiée, groove à étourdir et carte blanche laissée aux désirs. Pas de style prédéfini qui enferme et réduit. Plutôt l’édification d’une musique généreuse où toutes les influences se brassent, pourvu que soit privilégiée l’envie. Convergence, premier album de Synapson que ses géniteurs envisagent comme un disque entier, total. Concept ? « Nos tempéraments nous poussent à nous essayer à tous les sons qui nous touchent, souligne Alexandre. Dans le cadre de Convergence sortie en Octobre 2015, on a imaginé quatre univers distincts, mais complémentaires, comme autant de couleurs : world, Hip hop, house-funk, et pop. Tous ces genres sont représentés par trois chansons originales. Au final : cet album est une sorte de célébration de l’éclectisme, de la curiosité, de la différence. »

Œuvre libre et souveraine en ce qu’elle concentre d’influences (anciennes, modernes, sinon futuristes), Convergence emprunte, mélange, malaxe et synthétise un demi-siècle de musique urbaines dans un canevas original où grooves et mélodies se font dansantes et intelligentes, enluminées et contrastées. Il représente véritablement ce que Synapson peut offrir d’excellence aujourd’hui. Soit un album de musique électronique construit autour de vraies chansons, contant de véritables histoires et destinées à être écoutées chez soi, ou emporté où l’on voudra ».

Fireball - Synapson
00:00 / 00:00

Au début des années 2000, Yuksek sort une série de maxis puis deux albums (‘Away From The Sea’ en 2009, ‘Living On The Edge of Time » en 2011) qui, déjà, posent les bases d’un son qui refuse de choisir entre la pop, le disco et l’électronique.

En 2013, il crée son propre label, Partyfine, sur lequel on retrouve des artistes comme Clarens, Weekend Affair, Get A Room, Jean Tonique, Juveniles, TEPR ou Villa.

Si Yuksek s’est fait discret sur scène depuis la fin de la tournée internationale, il ne s’est pour autant pas arrêté de travailler depuis son studio sous les toits du centre dramatique national de Reims. Depuis 2013, il a collaboré avec Chassol , Keren Ann, Yaya Herman Dune, JD Samson, Boston Bun, The Magician (Peter & the Magician) et Alex Metric (The Alexanders), et continué à faire quelques remixes (Lana Del Rey, Phoenix, M83, Gorillaz, Empire of the sun).

Yuksek s'est aussi beaucoup concentré sur la composition pour l’image et pour la scène. Il a écrit pour un orchestre philharmonique la bande originale du film Marguerite et Julien de Valérie Donzelli, présenté en compétition au festival de Cannes 2015, et composé pour Arte la musique d’une pièce de Bergman interprétée par Sophie Marceau. Il a également écrit les arrangements des parties instrumentales de l’adaptation de L’Avare par le metteur en scène Ludovic Lagarde, et composé pour des documentaires. Sweet Addiction signe donc le grand retour discographique de Yuksek. En 5 titres élégants il se remet immédiatement dans le jeu. Il a fait appel pour ce maxi qui annonce un 3e album, à la chanteuse grecque Monika (sur Take It Easy) et au duo Her (sur le 1er single, Sweet Addiction). On retrouve bien le son Yuksek à travers les différentes compos, à mi-chemin entre post disco, house et écriture pop. Encore davantage que sur l’album précédent ‘Living on the edge of time’, Yuksek s’affirme désormais également en tant que chanteur. Mais ses nouvelles mélodies sont plus solaires que par le passé. Ses rythmiques et la production plus délicates. Aérien sans pour autant renoncer à un certain hédonisme pour les morceaux les plus clubs, cet Ep annonce un nouvel opus rutilan

Always on the run - YUKSEK
00:00 / 00:00
5 Juillet : MICHEL SARDOU 

Trois ans après sa dernière tournée, Michel SARDOU revient sur scène pour une série de concerts nommée "La dernière danse".

Il sera sur la scène du Montélimar Agglo Festival le 5 Juillet. C'est à Montélimar que Michel Sardou commencera sa 1ere date de sa nouvelle tournée ! 

6 Juillet : SOPRANO & BLACK M
La maladie d'amour - Michel Sardou
00:00 / 00:00

Soprano a commencé à l'âge de 16 ans à faire du rap dans le groupe: PSY 4 de la rime. Repérés par le rappeur IAM, il sortiront leur 1er album en 2002.

 

C'est en 2007, qu'il commence sa carrière solo et sort son 1er album vendu à plus de 200 000 exemplaires.

Son 2e album sorti en 2010 sera un nouveau succès classé numéro 1 des ventes et disque de platine.  

Nommé à deux reprises aux MTV Europe Awards dans la catégorie Meilleur Artiste Français (2007 et 2011), mais aussi aux NRJ Music Awards en tant que meilleur groupe/duo francophone en 2012 puis en 2013, il revient en 2014 avec son nouvel album "Cosmopolitanie". 

En 2016, il sort son cinquième album "L’Everest" et part en tournée dans toute la France. 

Black M s'est fait connaître du grand public avec le groupe de rappeurs Sexion d'assaut. 

Après de nombreux sucés et consécrations, le groupe fait une pause en 2013.​

C'est l'occasion pour lui de lancer une carrière solo ! 

Les titres comme "Mme Pavoskho", "les yeux plus gros que le monde" ou bien encore "sur ma route" sont couronnés de succès par un public toujours aussi nombreux.

 

Après avoir été nommé dans la catégorie "Artiste masculin de l'année"  aux NRJ Music Awards en 2015, son nouvel album "Éternel Insatisfait" cartonne dans les stations de radio françaises. 

Cosmo - SOPRANO
00:00 / 00:00
Mme Pavoshko - BLACK M
00:00 / 00:00