Nolwenn leroy 3 juillet

©Justine Minet-La Tribune